By continuing to browse this site, you agree to our use of cookies. Read our privacy policy

Consultant national pour appuyer le renforcement des capacités des acteurs du Law Making

Bamako (Mali)

  • Organization: UN WOMEN - United Nations Entity for Gender Equality and the Empowerment of Women
  • Location: Bamako (Mali)
  • Grade: National Consultant - Locally recruited Contractors Agreement - Consultancy
  • Occupational Groups:
    • Women's Empowerment and Gender Mainstreaming
    • Development Cooperation and Sustainable Development Goals
    • Legal - Broad
    • Education, Learning and Training
  • Closing Date: 2019-11-20

Click "SAVE JOB" to save this job description for later.

Sign up for free to be able to save this job for later.

Background

OBJECTIF DE LA MISSION  :

  • Présentation du programme

L’Union Européenne (UE) et l’Organisation des Nations Unies (ONU) se sont engagées dans une nouvelle initiative mondiale pluriannuelle visant à éliminer toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles. Cette initiative est nommée « Spotlight ». Elle est ainsi nommée car elle attire l’attention sur ce problème, l’amène sous les projecteurs et le place au cœur des efforts menés pour atteindre l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, en accord avec les objectifs de développement durable à l’horizon 2030. Au niveau global, L’initiative couvre cinq (5) régions du monde à savoir l’Asie, l’Afrique, l’Amérique Latine, le Pacifique et les Caraïbes dont chaque région avec un focus spécifique. Pour la région d’Afrique, huit (8) pays ont été retenus pour bénéficier du programme : le Nigeria, le Liberia, le Malawi, le Mozambique, le Zimbabwe, l’Uganda, le Mali et le Niger. Le focus du Spotlight en Afrique est d’éliminer les violences sexuelles et basées sur le genre (VSBG), les pratiques néfastes faites aux femmes, en traitant les aspects relatifs à la santé sexuelle et reproductive et les droits. Au Mali, ce programme est exécuté conjointement entre le PNUD, UNHCR, UNICEF, ONUFEMMES et UNFPA pour une période de 4 ans. Les changements souhaités se situent au niveau de six (6) principaux piliers qui sont :

  • L’amélioration de l’environnement législatif et politique pour qu’il soit conforme aux conventions internationales notamment par le retrait des dispositions discriminatoires, la mise en application des lois existantes et l’adoption de nouvelles lois, politiques et stratégies favorables à la protection et la promotion des droits des femmes et des filles ;
  • Le renforcement des capacités des institutions nationales en matière d’application de la loi et de planification stratégique visant à mieux intégrer l’élimination des violences faites aux femmes et filles dans leurs stratégies nationales et budgets sectoriels ;
  • La promotion des normes et valeurs sociales protectrices des femmes et des filles contre les violences, surtout au niveau communautaire et au sein des familles ;
  • La disponibilité et l’accès aux services de qualité pour une prise en charge holistique et équitable à l’endroit des survivantes, avec une attention particulière portée sur les besoins spécifiques des groupes exposés à des formes de discrimination croisée ;
  • La disponibilité de données statistiques quantitatives et qualitatives actualisées dans le cadre de l’élaboration des lois et la mise en œuvre des politiques, des stratégies et des programmes en vue de permettre une meilleure lecture et une appréciation de l’ampleur et de la gravité du phénomène, et
  • Le renforcement des organisations de défense des droits des femmes en vue d’influencer les politiques et pratiques visant l’élimination des violences faites aux femmes (VFF), y compris les violences sexuelles basées sur le genre (VBG), les pratiques néfastes et la promotion des droits à la santé sexuelle et reproductive (SSR) tout en exerçant un contrôle sur le niveau d’application des engagements pris.
  • Résultat des piliers 1
  • Le résultat du pilier 1 vise à mettre en place et opérationnaliser des cadres législatifs et politiques, basés sur des faits avérés et vérifiés, conformes aux normes internationales relatives aux droits humains, sur toutes les formes de violences faites aux femmes et filles et les pratiques néfastes.

    La contribution de ONU Femmes Mali à la mise en œuvre du programme Spotlight se justifie par son appui au gouvernement du Mali dans l’instauration d’un environnement normatif et règlementaire en harmonie avec les standards internationaux en matière d’élimination des VFF et le renforcement des capacités des OSC pour mettre fin aux violences faites aux femmes et lutter contre les pratiques sociales néfastes. Spécifiquement au Mali, ONU Femmes est un partenaire stratégique de longue date de différents Ministères et en particulier le Ministère de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille sur les aspects liés à l’égalité des sexes et l’autonomisation socioéconomique et politique des femmes.

    Dans ce programme, ONU Femmes Mali continuera à appuyer les institutions et les OSC sous les piliers 1 (Opérationnalisation des cadres législatifs et politiques, basés sur des faits avérés et vérifiés, conformes aux normes internationales relatives aux droits humains, sur toutes les formes de violences faites aux femmes et filles et les pratiques néfastes)   afin d’offrir un espace conséquent pour rendre possible l’inclusion de toutes les parties prenantes y compris les groupes marginalisés à tous les niveaux.

  •             Partenaires impliqués dans la mise en œuvre des piliers 1
  • Les interventions envisagées sous les piliers 1 et 6 seront exécutées avec les institutions gouvernementales suivantes et les OSC :

  • Ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille (MPFEF)
  • Ministère de la Sécurité et la Protection Civile (MSPC)
  • Ministère de la Santé et des Affaires Sociales (MSAS)
  • Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme (MJDH)
  • Ministère de l’Education Nationale (MEN)
  • Ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) ;
  • Ministère des Affaires Religieuses et du Culte (MARC) ;
  • L’Assemblée Nationale ;
  • Le Conseil National de la Jeunesse ;
  • Le parlement des enfants ;
  • Conseils Régionaux ;
  • Conseils de Cercles ;
  • Conseils Communaux.

Objectif de la mission

Afin de répondre aux défis sus cités et de s’assurer que ces différentes acteurs au niveau national et décentralisé jouent leur rôle dans la matérialisation des lois et politiques sur les droits des femmes et des filles, en particulier dans la lutte contre les VFF, y compris les VBG et pratiques néfastes, et qu’elles offrent un espace conséquent pour rendre possible l’inclusion de toutes les parties prenantes y compris les groupes marginalisés, ONU Femmes recrute un consultant national pour appuyer les senior consultant(e)s dont l’objectif principal de la mission est de :

  • Appuyer les consultants internationaux pour outiller les acteurs du Law making process à l’analyse des cadres législatif et politique du Mali, en considération des directives et recommandations internationales en matière de droits de l’Homme et d’égalité des sexes, de sorte à accroitre qualitativement et quantitativement leurs contributions à l’instauration d’un environnement législatif favorable à l’élimination des VFF ;

  • Appuyer la création des conditions de l’acceptation sociale et politique des réformes en faveur des droits des femmes, et fournir les outils techniques et méthodologiques nécessaires, à l’atteinte des objectifs du plaidoyer en faveur des réformes législatives et politiques au mali ;
  • Réaliser une étude comparative et critique des cadres législatifs et politiques en comparaison avec d’autres pays musulmans d’Afrique au Sud du Sahara ;
  • Appuyer le renforcement des capacités institutionnelles et opérationnelles des institutions nationales et locales pour développer et mettre en œuvre des stratégies, politiques et programmes pour prévenir et répondre aux VFF, y compris les VBG et pratiques néfastes, de prendre en compte les besoins spécifiques des groupes exposés aux multiples formes de discrimination croisée et promouvoir la santé sexuelle reproductive ;
  • Appuyer le développement d’un plan de renforcement des capacités institutionnelles et opérationnelles des institutions nationales et locales afin qu’elle puisse mettre en œuvre des stratégies, politiques et programmes pour prévenir et répondre aux VBG, aux pratiques néfastes faites aux femmes et filles et à des groupes exposés aux multiples formes de discrimination.

PRODUITS LIVRABLES:

Au terme de la consultation, les produit attendu sont :

  • Une étude analytique contenant les données pertinentes sur les faiblesses et les forces des institutions nationales et locales sur les questions de VFF et VBG ;
  • Les capacités à financer, développer, planifier, coordonner, et mettre en œuvre les programmes, plan de développement sectoriels, politiques et stratégies basées sur les faits avérés et vérifiés qui intègrent la lutte et/ou visant à prévenir et répondre aux VBG ;
  • Les capacités à s’organiser techniquement, financièrement et à négocier pour prévenir et lutter contre les VFF, y compris les VBG et pratiques néfastes, et à promouvoir les droits à la SSR ;
  • Les capacités à mettre en œuvre l’approche de la planification, de la budgétisation et du suivi-évaluation sensibles au genre et aux droits à la SSR.

Un plan clair et réaliste de renforcement des capacités des institutions aux niveaux national et local est produit et mise en œuvre. Ce plan contiendra des analyses/diagnostics sur les besoins urgents en formation des de formateur (trice)s, la description des appuis opérationnels, des thématiques stratégiques pour le renforcement des capacités des acteur(trice)s identifiés, les outils et matériels pour mettre en œuvre le plan de renforcement des capacités et un chronogramme clair de renforcement des capacités à Bamako et dans les régions (Ségou, Sikasso, Kayes et Koulikoro).

Duties and Responsibilities

DESCRIPTION DES RESPONSABILITES:

  1. Appuyer l’analyse des textes juridiques et règlementaires nationaux en lien avec les droits des femmes, les violences faites aux femmes, en s’inspirant de la situation qui prévaut dans les contextes semblables, et à la lumière des obligations internationales du Mali ; 
  2. Faire des propositions d’un cadre législatif qui épousent les finalités du pilier 1 du Spotlight à travers un échantillon de pays musulmans pris dans des aires géographiques différents, en partant des préoccupations et propositions d’amélioration du cadre émises par les travaux antérieurs, de l’évolution du contexte socio politique, socio démographique et socioéconomique national et des tendances normatives au niveau africain et international ;
  3. Consulter le maximum d’acteurs sociaux, gouvernementaux et publics pertinents qui subissent, utilisent les cadres législatifs et politiques actuels ou qui assument une certaine responsabilité dans son application et proposer les éléments d’action pour un plaidoyer à destination des autorités publiques pour l’amélioration et l’adaptation de la législation et des politiques publiques au Mali ;
  4. Appuyer l’organisation et la tenue d’un atelier national de restitution des propositions de l’étude en vue de la promotion d’un environnement propice pour les droits des femmes, la réduction des VBG/PN et la promotion de la SR ;
  5. Identifier et évaluer les capacités des acteurs étatiques aux niveaux national et local en matière d’élaboration et d’évaluation de lois et politiques pour mettre fin aux VFF, y compris les VSBG et pratiques néfastes, sur l’égalité de genre, et sur les droits de la santé sexuelle et de la reproduction, conformément aux normes internationales des droits humains ;
  6. Evaluer les capacités et proposer un plan de renforcement des capacités des acteurs clés et des experts en matière des VFF, y compris les VSBG et pratiques néfastes, et droits de la santé sexuelle et de la reproduction, en vue de les impliquer dans le développement, la mise en œuvre et l'évaluation, des politiques et législations pour lutter contre ces violences et promouvoir les droits à la SSR ;
  7. Proposer un plan de renforcement du suivi et de l’évaluation de la mise en œuvre de la législation et des politiques aux fins de permettre de protéger les personnes survivantes efficacement et d'entamer des poursuites contre les coupables de VFF, VSBG et pratiques néfastes qui se traduisent par des condamnations suite à un procès ;
  8. Identifier les directives, protocoles, procédures opérationnelles normalisées, procédures standards opérationnelles, outils et instruments nationaux et locaux existants visant à prévenir et à lutter contre les VGB, pratique néfastes et à promouvoir la SSR ;
  9. Evaluer les capacités des institutions à s’organiser techniquement et financièrement et à négocier avec les décideurs et détenteurs d’enjeux pour prévenir et lutter contre les VFF, y compris les VBG et pratiques néfastes, et à promouvoir les droits à la SSR ;
  10. Conduire des groupes de discussion avec les acteurs (trice)s des institutions principales et autres parties prenantes afin de recueillir des orientations stratégiques dans le cadre de l’élaboration et la mise en œuvre du plan de renforcement des capacités institutionnelles et opérationnelles ;
  11. Sur base du rapport d’évaluation des institutions et les résultats issus de groupes de discussion, formuler un diagnostic précis et clair sur l’état des lieux de l’environnement institutionnel, les moyens humains et financiers disponibles et les moyens matériels pour d’un cadre législatif favorables à l’élimination des VBG et pratiques néfastes faites aux femmes et à promouvoir les droits à la SR ;
  12. Elaborer les termes de référence, les modules conformes aux besoins de renforcement des capacités en fonction du résultat du diagnostic et les résultats de l’étude évaluative des institutions ;

Appuyer la formation des formateur(trice)s (à Bamako et dans les régions) sur la base des résultats du diagnostic et en tenant compte du thématique phare (renforcement des capacités institutionnelles et opérationnelles des institutions nationales et locales ainsi que les OSC à élaborer des lois et politiques pour mettre fin aux VFF, y compris les VSBG et pratiques néfastes, sur l’égalité de genre, et sur les droits de la santé de la reproduction, conformément aux normes internationales des droits humains et à développer et mettre en œuvre des stratégies et programmes pour prévenir et répondre aux violences basées sur le genre, les pratiques néfastes faites aux femmes et filles et à des groupes exposés aux multiples formes de discrimination).

METHODOLOGIE:

Les consultant(e)s doivent fournir une méthodologie complète (y compris des méthodes détaillées sur les chronogrammes, les techniques de collecte et d’analyse de données, des cadres d’échantillonnage) et des outils de collecte de données. Ils/ elles doivent également fournir une feuille de route conforme à la durée de sa mission et un plan clair et détaillé pour l'engagement des acteur(trice)s des institutions et des partenaires des Nations Unies dans le processus. Elles/ils doivent également expliquer comment les données qualitatives et quantitatives collectées seront utilisées et constituées une ébauche d’offre pour le plan de renforcement des capacités des institutions au niveau national et local.

. Phases méthodologiques proposées

Phase-1 : Une réunion de cadrage avec l’équipe du projet au sein de ONU Femmes avant le début de la mission, contacts avec les principales institutions, partenaires techniques et acteur(trice)s principaux ;

Phase-2 : Collecte de données à Bamako et dans les 4 régions pour enseigner l'étude évaluative ;

Phase-3 : Restitution et validation de l’étude évaluative ;

Phase-4 : Consultation et collecte des données, revues documentaires, élaboration des critères de sélection et identification des bénéficiaires des différents renforcements de capacités à Bamako et dans les 4 régions ; et élaboration du plan de renforcement des capacités institutionnelles et opérationnelles des acteurs (trices) clés étatiques et non étatiques ;

Phase-5 :  Restitution et validation du plan de renforcement des capacités ;

Phase-6 : Renforcement des capacités institutionnelles et opérationnelles (formation des formateur (trice)s) à Bamako et dans les régions.

LIVRABLES CLES:

Livrables liés à l’analyse des textes juridiques et règlementaires nationaux en lien avec les droits des femmes, les violences faites aux femmes

1)         Une note méthodologique contenant la compréhension de la mission, les méthodes/techniques proposées, les chronogrammes avec une feuille de route de la mission ;

2)         Un rapport initial comprenant les principaux résultats de l’analyse 1) (Introduction, description de l’intervention, l’étendue de l’évaluation et objectifs, les analyse des données, les déductions et conclusions globaux), 2) la synthèse des méthodologies citées au point 2 conduisant à produire le rapport, (3) les défis et problèmes rencontrés spécifiques en rapport avec chaque acteur clé et les mesures prises et (4) les recommandations appropriées pour chaque acteurs (trices) clés ;

3)         Une présentation power point à l’atelier de validation auprès de toutes les parties prenantes (EU, Nations Unies, Gouvernement, Société civile), à Bamako et au près des partie prenantes de 4 régions ;

4)         Un rapport final détaillé (70 pages max avec annexes) contenant tous les éléments ci-haut cités et expliquant clairement en annexe comment les données qualitatives et quantitatives collectées seront utilisées et constituées une ébauche d’offre technique pour le plan de renforcement des capacités des acteurs clés étatiques et non étatiques au niveau national et local.

Livrables liés à l’élaboration du plan et renforcement des capacités

1)         Une note méthodologique contenant la compréhension de la mission, les méthodes/techniques proposées, les chronogrammes avec une feuille de route de la mission ;

2)         Un rapport initial contenant tous les processus d’élaboration du plan de renforcement des capacités institutionnelles et opérationnelles, contentant les différents thèmes de renforcement des capacités, les catégories des acteur (trice)s, les critères de sélection, et la stratégie de pour sa mise en œuvre et le chronogramme ;

3)         Une présentation power point à l’atelier de validation auprès de toutes les parties prenantes (EU, Nations Unies, Gouvernement, Société civile) à Bamako ;

4)         Un rapport de formation des formateur (trice)s effectuée à Bamako et dans les 4 régions ;

5)         Un rapport final la mission (70 pages max avec annexes) incluant les activités à toutes les phases, les grands succès, les défis et les recommandations selon les niveaux.

Competencies

COMPETENCES:

  • Avoir une bonne connaissance des lois et normes internationales pour mettre fin aux VFF, y compris les VSBG et pratiques néfastes, sur l’égalité de genre, et sur les droits de la santé de la reproduction, conformément aux normes internationales des droits humains ;
  • Avoir une bonne connaissance en matière de suivi-évaluation des institutions à concevoir et à mettre en œuvre des programmes, politiques et stratégies de lutte contre les VFF et à promouvoir la SSR ;
  • Une expérience avérée en renforcement des capacités, l'évaluation des compétences et l'élaboration de plans de renforcement des capacités ; une grande capacité en identification et analyse des besoins de formation institutionnelles ;
  • Être familier avec les mécanismes de coordination des agences du Système des Nations Unies et démontrer l'intégrité et le respect des valeurs et des normes éthiques de l'ONU ; et favorisant la vision, la mission et les objectifs stratégiques de ONU Femmes dans le cadre de la mise en œuvre du SI;
  • Démontrer la sensibilité culturelle (le respect de l’équité des genres, la religion, la race, la nationalité, l'âge et l'adaptabilité) et bonne maitrise de l’outil informatique et des logiciels bureautiques courants

Required Skills and Experience

Education:

  • Être titulaire d’un diplôme Doctorat ou maîtrise ou équivalent en administration publique, droit, sciences sociales, droit humains, genre, sciences politiques, anthropologie et/ou autres disciplines pertinentes
  • Un diplôme universitaire de premier cycle, combiné à deux années supplémentaires d'expérience admissible, peut être accepté à la place du diplôme universitaire supérieur
  • Une certification en gestion de projet/programme serait un avantage supplémentaire

Expériences :

  • Au moins 7 ans dans la conduite et la réalisation des missions similaires (études évaluatives, élaboration de plan et renforcement des capacités accès sur les VGB, VFF, et promotion de la SSR) ;
  • Une expérience avérée de travail avec le Système des Nations Unies sur la promotion de l’égalité femme-homme dans les institutions étatiques ;
  • Expérience et familiarité avec les outils et instruments internationaux et régionaux de promotion de l’égalité femme-homme (CEDEF, Protocole de Maputo, Plateforme d’action de Beijing, les résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies 1325, 1820…,) ;
  • Expérience avérée et excellente capacité à collaborer avec les entités gouvernementales et non gouvernementales.

Langue:

  • La bonne maîtrise du français et de l’anglais est exigée
  • La connaissance d’une autre langue de travail officielle de l'ONU est un atout
  • La connaissance du Bambara est un atout 
  1. COMMENT SOUMETTRE SA PROPOSITION

  Les propositions techniques et financières doivent être envoyées  à l’adresse suivante :  mali.reception@unwomen.org  au plus tard le 13 octobre 2019 à 12H00.

Le dossier doit comporter les documents suivants :

La Proposition Technique

L’offre technique est évaluée sur la base de la qualité des réponses aux exigences des termes de référence de la mission et de l’appréciation des critères contenus dans la grille ci-dessous : 

Critères d’évaluation technique

Récapitulatif des formulaires d’évaluation des Propositions techniques

% de la note

Note maximum

Consultants

A

B

C

D

E

1.

Compréhension de la mission

28,57%

200

2.

Approche Méthodologique

42 ,86%

300

3.

Expérience professionnelle

28,57%

200

Total

700

La note maximum spécifiée pour chacun des critères d’évaluation indique l’importance relative ou le coefficient de l’article dans le contexte du processus d’évaluation globale.

Les formulaires d’évaluation de la proposition technique sont :

Formulaire 1 : Compréhension de la mission

Formulaire 2 : Approche méthodologique

Formulaire 3 : Expérience professionnelle

Formulaire 1

Formulaire d’évaluation de la Proposition technique

Nbre de points maximum

200

Consultants

A

B

C

D

E

Compréhension de la mission

1.1

Reformulation claire des objectifs et les résultats attendus de la mission en conformité avec le contenu des TDR

50

1.2

 Explication détaillée de ce qui est attendus de l’appui du consultant pour chaque fonction principale

150

TOTAL 1ERE PARTIE

200

Formulaire 2

Formulaire d’évaluation de la Proposition technique

Nbre de points maximum

300

Consultants

A

B

C

D

E

Approche methodologique

2.1

La proposition spécifie-t-elle les méthodes, approches pour le transfert de compétence et outils de formation ainsi que les dispositions prises pour la rédaction du rapport finale de la mission et des rapports intermédiaires mensuels 

200

2.3

Les aspects importants de la tâche ont-ils été traités de manière suffisamment détaillée 

50

2.4

La présentation est-elle claire, la planification est-elle logique, réaliste et permet-elle une bonne exécution des différentes fonctions assignées

50

Total 2eme Partie

300

Formulaire 3

Formulaire d’évaluation de la Proposition technique

Nbre de points maximum

200

Consultants

A

B

C

D

E

Expérience professionnelle

3.1

Diplôme et l’expérience professionnelle dans le domaine de spécialisation

40

3.2

Expérience et familiarité avec les outils et instruments internationaux et régionaux de promotion de l’égalité femme-homme (CEDEF, Protocole de Maputo, Plateforme d’action de Beijing, les résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies 1325, 1820…,), en évaluation des institutions et organisations, d’élaboration des documents stratégiques dans le domaine de la promotion du Genre, des Droits humains, Violences basées sur le genre.

150

3.3

Expérience en gestion de projet (planification et suivi-évaluation des activités programmatiques axées sur les résultats)

40

3.4

Niveau très appréciable en Français/Anglais et une bonne capacité de communiquer en Bambara

20

Total

200

L’évaluation de l’offre technique s’achève avant l’ouverture et la comparaison des offres financières. L’offre financière ne sera ouverte que pour les soumissions qui auront reçu la note technique minimale de 70% sur un score total maximum de 700 points pour ce qui est de l’évaluation des offres techniques. Les offres financières des soumissionnaires n’ayant pas atteint 70% des points de l’évaluation de la proposition Technique soit 490 points seront éliminées.

Proposition financière

L’évaluation des offres financières reposera sur un examen des coûts unitaires de la proposition financière globale.  La proposition financière sera évaluée sur un total de 300 points et tiendra compte de la pertinence de l’offre par rapport aux résultats attendus de la mission.

La méthodologie d’évaluation des offres est dite « Cumulative Analysis » (analyse cumulative). Cette méthodologie consiste à pondérer les points obtenus à l’analyse des propositions techniques par les points obtenus à l’analyse des propositions financières, afin d’identifier la proposition la mieux distante. Le soumissionnaire le mieux disant est celui qui obtient le plus de points à l’addition des points obtenus aux évaluations techniques et financières.

Ce format doit être utilisé pour chaque service facturé

Nom et prénom du consultant

                                                                    

Adresse                                                       

Montant : En lettre                                          

                                                                                                                             

Coûts

 FCFA

Eléments du coût

Unité

Quantité (nombre de jour)

Coût unitaire

Montant Total

Honoraires du consultant

Pardiem (Hébergement et restauration)

Frais de communication

Déplacement

….

Total hors Taxes

Annexe : Zone intervention du programme Spotlight

Région

Cercle

Kayes

Kayes

Nioro

Yélimané

Koulikoro

Koulikoro

Kolokani

Banamba

Sikasso

Sikasso

Bougouni

Kolondièba

Ségou

Ségou

San

Bla

District de Bamako

Commune I

Commune II

Commune III

Commune IV

Commune V

Commune VI

UNDP is committed to achieving workforce diversity in terms of gender, nationality and culture. Individuals from minority groups, indigenous groups and persons with disabilities are equally encouraged to apply. All applications will be treated with the strictest confidence. UNDP does not tolerate sexual exploitation and abuse, any kind of harassment, including sexual harassment, and discrimination. All selected candidates will, therefore, undergo rigorous reference and background checks.
We do our best to provide you the most accurate info, but closing dates may be wrong on our site. Please check on the recruiting organization's page for the exact info. Candidates are responsible for complying with deadlines and are encouraged to submit applications well ahead.
Before applying, please make sure that you have read the requirements for the position and that you qualify.
Applications from non-qualifying applicants will most likely be discarded by the recruiting manager.
Apply

What does it mean?

Click "SAVE JOB" to save this job description for later.

Sign up for free to be able to save this job for later.